Porteur du projet
Louis Arnault pour son travail de thèse en économie à Paris Dauphine sous la direction de Jérôme Wittwer, soutenue en 2015 : « La prise en charge des personnes âgées dépendantes : analyse microéconométrique de l’aide familiale »
Bourse doctorale 2014
Problématique principale

En France, la priorité donnée au maintien à domicile des personnes âgées risque de mettre davantage à contribution les aidants informels pour prendre en charge la perte d’autonomie des séniors. Ce travail s’intéresse au soutien familial apporté aux personnes âgées dépendantes. Trois questions sont étudiées :

  • La façon dont les mutations de la famille vont affecter l’offre d’aide informelle aux personnes âgées dépendantes vivant à domicile
  • l’impact de l’aide non professionnelle sur le maintien à domicile
  • le recours à l’aide professionnelle pour soulager les aidants familiaux.
Réponse développée par l'équipe

Des analyses microéconométriques ont été menées à partir des données de l’enquête Handicap-Santé Ménages et de la cohorte PAQUID.

Bénéfice / Impact

Louis Arnault montre que les changements démographiques conduisant à la baisse du nombre d’aidants informels potentiels ne devraient pas réduire pour autant l’offre d’aide informelle aux personnes âgées dépendantes ; cette diminution sera compensée par des volumes d’aides plus importants.  Par ailleurs, les résultats confirment le rôle décisif de la présence d’aidants informels dans le maintien à domicile d’un parent âgé dépendant. Toutefois, cet effet protecteur disparait lorsque l’individu dépendant souffre de troubles cognitifs importants et/ou de symptômes dépressifs. Enfin, réduire le prix de l’aide professionnelle ne permettrait pas de soulager les aidants informels mobilisés. Ce résultat mérite toutefois d’être nuancé en distinguant le type d’aide (aide au corps et aide aux tâches ménagères).

Retour haut de page