Les lauréats 2019 du prix Fondation Médéric Alzheimer/Fondation de France
© Armand Schafer

Pour la 4e année consécutive, la Fondation Médéric Alzheimer et la Fondation de France se sont associées pour valoriser des actions de proximité en faveur d’une société plus accueillante à destination des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d'une maladie apparentée.

Hélène Jacquemont, Présidente de la Fondation Médéric Alzheimer et Jean-François Bigay, Président du comité régional Fondation de France Méditerranée, ont mis à l’honneur les lauréats lors de la rencontre « Bâtir une société inclusive » du collectif Alzheimer Ensemble Construisons l'avenir.

 

1er prix ex æquo d’une valeur de 10 000 euros

Des animations à domicile pour restaurer le lien social

L’association Anim’ADOM propose des animations personnalisées de réhabilitation psycho-sociale au domicile des personnes malades, le temps de 5 à 6 séances. L’objectif est de prévenir l’isolement social provoqué par la peur de sortir, qui peut-être liée aux risques de désorientation et à une mobilité fonctionnelle moindre. Il s’agit de redonner confiance mais aussi, avec la complicité d’une aide-soignante, d’améliorer le quotidien des personnes malades. Participer à des jeux de société, écouter de la musique, cuisiner, oser se rendre au restaurant, au musée ou se promener... Anim’ADOM remobilise l’individu et stimule ses capacités physiques et cognitives, ce qui l’amène à développer des activités hors domicile tout en participant davantage à la vie de la cité.

Association Anima’ADOM – Angers – Maine-et-Loire (49)

 

1er prix ex æquo d’une valeur de 10 000 euros

La tête en l’air : des portraits croisés autour de la bande dessinée

La bibliothèque de Mons-en-Barœul sensibilise depuis 5 ans des collégiens aux troubles cognitifs en leur faisant découvrir La Tête en l’Air, bande dessinée de Paco Roca. Grâce à l’ouvrage, les enseignants abordent autrement le thème de la mémoire, des souvenirs et de l’autobiographie (inscrit au programme de 3e). Une première approche permet de « provoquer » une discussion avec des professionnels de santé sur le thème de la maladie d’Alzheimer et de ses troubles. La lecture s’avère être un prétexte efficace pour ensuite réaliser un jeu de portraits croisés entre des adolescents et des personnes âgées fréquentant l’accueil de jour des Charmilles. « Qu’est-ce que j’aime ? Qu’est-ce que je n’aime pas ? Quel est mon plus beau souvenir ? » Autant de questions qui créent la rencontre et le plaisir de la confrontation des générations !

Bibliothèque de Mons-en-Barœul, collège Descartes et accueil de jour Les Charmilles – Nord (59)

 

2e prix d’une valeur de 6 000 euros

« L’accompagnonage » : un soutien pour les familles et les malades jeunes

Ce néologisme met le doigt sur une réalité : le manque de dispositif spécifique pour accompagner les personnes jeunes (de moins de 60 ans) vivant avec la maladie d’Alzheimer ou une maladie apparentée. Ama Diem a été créée par une jeune femme diagnostiquée à l’âge de 36 ans dans l’esprit de l’institution Carpe Diem, au Québec. L’association accompagne les personnes atteintes de troubles cognitifs tout autant que leur famille, en apportant un soutien adapté à domicile. Une vigilance particulière est apportée à la continuité du parcours, pour atténuer les ruptures brutales liées au changement de vie, du diagnostic jusqu’à l’éventuelle entrée en établissement. Ama Diem, qui a initié et porté le projet Les Maisons de Crolles, propose dans cette perspective un centre ressources. Ce centre, ouvert sur son environnement social, travaille le concept de « ville accueillante » avec les acteurs locaux, de manière à modifier le regard sur les troubles cognitifs et tisser des liens entre les habitants.

Association Ama Diem – Crolles – Isère (38)

 

3e prix d’une valeur de 4 000 euros

Un programme Culture-Arts-Loisirs pour les malades à Nice (CALMAN®)

La Ville de Nice ouvre les portes de ses sites culturels (musées, galeries, conservatoire ou encore opéra) aux personnes âgées atteintes de troubles cognitifs ainsi qu'à leurs aidants proches. Les visites – dont le format est conçu pour une découverte privilégiée des œuvres – sont organisées en binôme avec un médiateur culturel et un neuropsychologue sur les heures d’ouverture classiques. Beaucoup de structures participent, telles que les EHPAD environnants, les accueils de jour, les consultations mémoire dans les établissements hospitaliers niçois, la plateforme d’accompagnement et de répit et l’institut gérontologique. Les thèmes choisis lors des visites sollicitent la mémoire, les émotions et la cognition, comme par exemple les années passées « la femme, le féminin » ou encore « l’enfant, les souvenirs d’enfance ». Chaque rencontre est complétée d'un livret de visite, ce qui permet à la personne malade de se remémorer les œuvres. Cela favorise également les échanges ultérieurs avec l’entourage lors de son retour dans la structure.

Ville de Nice – Alpes-Maritimes (06)

Retour haut de page