Tijana Feterman

Les résidences autonomie

Ce sont des structures d’accueil situées à mi-chemin entre le domicile et l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Elles sont conçues pour accueillir dans différents types d’appartements des personnes âgées de 60 ans et plus autonomes. En conséquence, les résidences autonomie n’accueillent en principe pas de personnes atteintes d’une maladie d’Alzheimer ou d’une maladies apparentée. Ces résidences sont majoritairement gérées par des structures publiques ou à but non lucratif.

Les EHPAD

Anciennement appelées maisons de retraite, les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) accueillent des personnes âgées de plus de 60 ans qui ont besoin d’aide et de soins au quotidien. Certaines de ces structures médicalisées accueillent exclusivement des résidents atteints de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée.

Les Pôles d’Activités et de Soins Adaptés (PASA)

Les PASA permettent d’accueillir, dans la journée, des résidents d’EHPAD atteints de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée et ayant des troubles modérés du comportement. Chaque PASA est animé par une équipe pluridisciplinaire spécifiquement formée, (assistants de soin en gérontologie, psychomotricien, ergothérapeute, psychologue). Des activités sociales et thérapeutiques non médicamenteuses, individuelles ou collectives, sont organisées afin de maintenir ou de réhabiliter leurs capacités fonctionnelles, cognitives et sensorielles, ainsi que leurs liens sociaux. C’est un accompagnement personnalisé. Ce type d’activités peut être proposé par des établissements en dehors de l’existence d’un PASA labellisé.

Les unités de soins de longue durée (USLD)

Généralement rattachées à un établissement hospitalier, les unités de soins de longue durée sont des structures d’hébergement et de soins qui accueillent majoritairement des personnes âgées de plus de 60 ans. Les moyens médicaux qui y sont mis en œuvre sont plus importants que dans les EHPAD.

Les unités d’hébergement renforcé (UHR)

Les unités d’hébergement renforcé sont installées dans les EHPAD et les USLD. D’une capacité de 12 à 14 places, elles proposent, sur un même lieu un hébergement, des soins, des activités sociales et thérapeutiques pour des résidents atteints de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée et ayant des troubles sévères du comportement qui altèrent la sécurité et la qualité de vie de la personne et celle des autres résidents. L’UHR accueille des personnes malades venant du domicile, d’une UCC, d’une USLD ou d’un EHPAD dans lequel est situé l’UHR ou d’un autre établissement.

Les unités cognitivo-comportementales (UCC)

Les unités cognitivo-comportementales sont des petites unités sécurisées en établissement hospitalier, généralement au sein d’un service de gériatrie. Elles sont identifiées en tant que services de soins de suite et de réadaptation (SSR). Elles sont sécurisées et l’accès est protégé par un code ou par un accès avec un badge. Elles accueillent des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée qui présentent des troubles du comportement perturbateurs. Ces unités comprennent généralement 10 à 12 lits, parfois un peu plus.

Les UCC prennent en charge sur un temps limité des patients en situation de crise, réalise le bilan médical et propose une prise en charge adaptée pour réduire les troubles du comportement. L’objectif, une fois le bilan réalisé, la cause identifiée et les troubles stabilisés par des soins adaptés, est le retour du malade vers le lieu de vie qui lui est habituel (UHR, EHPAD, domicile, etc.).

Les autres unités spécifiques Alzheimer

Mis à part les UHR, il existe dans de nombreux EHPAD et certaines USLD de petites unités d’hébergement séparées destinées à accueillir des résidents atteints de la maladie d’Alzheimer ou d’une maladie apparentée. Ces unités, appelées diversement unités spécifiques Alzheimer, unités de vie protégées, unités psycho-gériatriques… proposent une prise en charge spécifique permettant de faire face, avec efficacité, aux conséquences de la maladie et aux troubles du comportement, en particulier au risque d’errance.

Retour haut de page