Incapacités : l’importance croissante des troubles cognitifs

Sylvie Renaut, de l’unité de recherche sur le vieillissement de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAV), observant les dimensions de la fragilité dans les enquêtes HID (handicap, incapacité, dépendance) de 1999 et HSM (handicap, santé, volet ménages) de 2008, constate « l’importance prise par les troubles cognitifs. Ils sont aujourd’hui mieux connus et donc mieux pris en compte ; ils font moins peur et les gens parlent plus facilement des problèmes cognitifs, à commencer par la maladie d’Alzheimer. » 59% des personnes interrogées déclaraient des troubles cognitifs touchant la mémoire et l’orientation en 2008, contre 36% en 1999.

Renaut S. De la fragilité à la vulnérabilité. In Sirven N et Bourgueil Y (coord.). La prévention de la perte d’autonomie. La fragilité en questions. Apports, limites et perspectives. Actes du séminaire LIRAES-IRDES, Paris, 6-7 mars 2014. Les rapports de l’IRDES 2016 ; 563. 113 p. Janvier 2016. Pp 35-42. www.irdes.fr/recherche/rapports/563-la-prevention-de-la-perte-d-autonomie-la-fragilite-en-questions.pdf (texte intégral).

Retour haut de page