Les services à la personne : quelle application du droit ?, d’Alison Dahan

Alison Dahan, docteur en droit et juriste en droit social, propose une revue des problématiques rencontrées et des règles juridiques applicables aux employeurs, personnes morales ou particuliers employeurs, en matière de droit social. L'ouvrage s'intéresse également aux travailleurs salariés dans les services à la personne en emploi prestataire, mandataire ou direct. L’auteur étudie les relations de travail, de la naissance du contrat à sa rupture, en intégrant les spécificités du droit de la protection sociale.

www.agevillagepro.com, 14 avril 2015. Dahan A. Les services à la personne : quelle application du droit ? Paris : L’Harmattan. 1er avril 2015. 514 p. ISBN : 978-2-343-05944-0. www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=46300.

Le droit des usagers dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux, de Jean-Marc Lhuillier

Si l'amélioration des politiques sociales et de la vie dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux dépend de la place nouvelle accordée aux usagers, ces droits correspondent à autant d'obligations pour les responsables qui doivent les connaître parfaitement et surtout les faire vivre. Cet ouvrage a pour objectif d'aider les responsables d'établissement, les usagers et tous les acteurs sociaux à comprendre les enjeux de ces évolutions et à mettre en œuvre les nouvelles normes juridiques », écrit Jean-Marc Lhuillier, docteur en droit public, directeur de recherche et professeur à l’École des hautes études en santé publique (EHESP) dans le département des sciences humaines, sociales et des comportements de santé. Replaçant ces droits fondamentaux et particuliers dans le cadre des politiques publiques, comme le contrôle, l'évaluation, le droit d'accès à un établissement ou la lutte contre les mauvais traitements, Jean-Marc Lhuillier détaille et commente leur application par le contrat de séjour, le conseil de vie sociale, le règlement de fonctionnement, le projet individuel... Cette cinquième édition prend en compte les nouveautés législatives, comme la loi sur la consommation et les décrets qui adaptent les droits aux spécificités de chaque public. Elle intègre également les évolutions de la jurisprudence, « particulièrement novatrice et puissant aiguillon pour le législateur. »

Lhuillier JM. Le droit des usagers dans les établissements et services sociaux et médico-sociaux. Rennes : Presses de l’École des hautes études en santé publique. 5ème édition. 13 mai 2015. 288 p.ISBN : 978-2-8109-0362-7. www.presses.ehesp.fr.

Les métiers en 2022, de France Stratégie

Pour le groupe expert Prospective des métiers et qualification réuni par France Stratégie et la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES), « l’ensemble des professions de soins et d’aide aux personnes fragiles devrait bénéficier d’une forte dynamique de l’emploi, à l’exception des médecins dont l’évolution dépend du numerus clausus et pour lesquels tous les départs en fin de carrière ne seraient pas remplacés à l’horizon 2022 (avec la destruction d’un peu plus de 20 000 postes en dix ans). Aides à domicile, aides-soignants et infirmiers figureraient ainsi parmi les métiers qui gagneraient le plus d’emplois à l’horizon 2022, avec de l’ordre de 350 000 créations nettes en dix ans. Le métier d’aide à domicile serait même celui qui créerait le plus de postes dans les dix années à venir, aussi bien en taux de croissance qu’en nombre (près de 160 000 postes créés d’ici 2022, soit une hausse de 2.6 % en moyenne chaque année). » Sur France Info, Alain Boccard, vice-président délégué de la Fédération française des services à la personne et de proximité (FEDESAP) et directeur opérationnel chez Axéo Services, insiste : le métier d’aide à domicile est un « vrai » métier.

www.fedesap.org/publications-actualites/520-france-info-interviews-d-alain-boccar-vice-president-delegue-de-la-fedesap, 30 avril 2015.  France Stratégie, DARES. Les métiers en 2022. Rapport du groupe Prospective des métiers et qualifications. Avril 2015.

www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/fs_rapport_metiers_en_2022_27042015_final.pdf (texte intégral).

Perte de mémoire ou maladie d'Alzheimer ? de Michel Dib

« La crainte de la maladie est telle que la moindre défaillance de mémoire sème le doute. » Ainsi, les oublis passagers, les troubles de l’humeur et les difficultés à s’organiser constituent-ils des motifs de consultation fréquents en médecine générale et en neurologie, explique Michel Dib, neurologue au groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière (Assistance publique-Hôpitaux de Paris), dans un ouvrage destiné au grand public. « Pourtant, la plupart de ces fragilités cognitives n’ont aucun lien avec une atteinte neurodégénérative. Elles surviennent souvent avec l’âge, l’exposition accrue au stress et/ou lors d’épisodes dépressifs. Autant de modifications ressenties qui font l’objet d’une consultation mnésique dont la nature est souvent bénigne », écrit-il.

Dib M. Perte de mémoire ou maladie d'Alzheimer ? Paris : Trédaniel. Janvier 2015. 180 p. ISBN 978-2-8431-9343-9. www.editions-tredaniel.com/perte-de-memoire-ou-maladie-dalzheimer-p-6268.html.

Gérontologie et société : nouveau départ

La revue Gérontologie et société, créée en 1972 et qui avait arrêté sa parution en décembre 2013 suite à la dissolution de la Fondation nationale de gérontologie (FNG), redémarre avec le soutien de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV). Le comité d’orientation a élu deux nouveaux rédacteurs en chef. Aline Chamahian, maître de conférences en sociologie à l’Université de Lille-3, chercheuse au laboratoire CeRIES (centre de recherche « Individus, épreuves, sociétés »), est co-animatrice du réseau thématique « Vieillesse, vieillissement, parcours de vie » de l’Association française de sociologie. Elle travaille également avec la CNAV sur les thématiques du logement et de l’habitat dans un contexte de vieillissement.  Dominique Somme, professeur de gériatrie depuis 2012 à la Faculté de médecine de l’Université Rennes-1, est aussi membre associé du Centre de recherche sur l’action politique en Europe (CRAPE)et chef de service de gériatrie de Rennes. Il a participé au projet PRISMA France (projet et recherches sur l’intégration des services pour le maintien de l’autonomie), administrateur et membre du comité scientifique de la Société française de gériatrie et gérontologie (SFGG). Les nouveaux rédacteurs en chef ont l’ambition de faire retrouver à la revue sa « réputation de sérieux et d’originalité dans l’abord des questions relatives au vieillissement », avec un caractère « fondamentalement multidisciplinaire » : les comités de rédaction et de lecture sont composés volontairement de membres ayant différents types d’expertise (professionnels, chercheurs) et issus de plusieurs disciplines (a minima : la sociologie, la psychologie, l’économie, les sciences médicales, la démographie, l’anthropologie, le droit, la philosophie, les sciences de l’éducation et les sciences infirmières).

Longévité et vieillissements, mai 2015.

Retour haut de page