Les maisons de repos n’informent pas assez leurs clients

Les personnes qui souhaitent séjourner en maison de repos ne sont pas suffisamment informées sur le prix des séjours et sur les services qui y sont proposés. Telle est la conclusion d’une vaste enquête menée par l’Office of Fair Trading (OFT) après que les associations de consommateurs Which ? et SPAIN (Social Policy Ageing Information Network) ont déposé plusieurs plaintes portant sur le manque de lisibilité des contrats proposés par les maisons de repos. 

Alzheimer’s Societywww.alzheimers.org.uk, 18 mai 2005

Une caisse maladie s’engage

Les soins médicaux aux personnes malades atteints de troubles cognitifs et leur prise en charge pour les soins à domicile relèvent de caisses différentes en Allemagne. Cette organisation ne facilite pas la communication et un suivi efficace des patients sur le plan de la thérapie. Une caisse maladie, la Barmer développe actuellement un « modèle » nouveau de prise en charge de ces malades. Elle propose un suivi « intégré » qui englobe l’aspect médical (et médicamenteux), le suivi psycho-social et les conseils aux familles sous forme d’un dossier unique. La caisse maladie a déjà conclu, à Darmstadt, un accord de partenariat avec des médecins généralistes et les services de soins à domicile. A Hambourg, la caisse envisage de soutenir un programme spécifique de formation des généralistes. Ces derniers ont en effet un rôle déterminant à jouer dans le diagnostic. Plus tôt le diagnostic de troubles neurodégénératifs est posé, plus tôt une thérapie cognitive, médicamenteuse et physique peut être engagée, avec l’espoir de freiner l’évolution de la maladie et le besoin de soins à domicile. 
A l’heure actuelle, 8% seulement des patients atteints de ces affections prennent un traitement médicamenteux. Ce faible taux de personnes traitées serait lié à des économies, ainsi qu’au tabou sur ces maladies qui persistent chez les médecins. 

Ärzte Zeitungwww.aerztezeitung.de, 1er juin 2005

Retour haut de page