© Les Petits Frères des Pauvres, la Maison du Thil (Oise)

La Fondation Médéric Alzheimer en a la conviction : développer l’habitat inclusif pour les personnes atteintes de troubles cognitifs liés au vieillissement est un défi majeur des années à venir.

Ce défi repose sur un double enjeu. Un enjeu démographique d’abord, car le vieillissement de la population française suppose d’adapter nos villes à cette évolution. Un enjeu éthique ensuite, parce que l’habitat inclusif correspond à la volonté qu’ont la plupart des personnes âgées de préserver une vie citoyenne et autonome.

Aujourd’hui, il s’agit donc de promouvoir une voie nouvelle, au-delà du modèle traditionnel de l’EHPAD, qui n’est pas toujours le lieu chaleureux de vie souhaité, et du domicile, qui s’avère souvent peu adapté pour des personnes en situation de grande fragilité.

Des solutions existent d’ores et déjà, que ce soit en matière d’habitat groupé ou partagé. La Fondation Médéric Alzheimer soutient activement les initiatives portées par les acteurs de terrain, et promeut les innovations dans ce domaine.

C’est aussi la raison d’être de ce numéro de la lettre d’information Mieux vivre ensemble avec la maladie d’Alzheimer.

Hélène Jacquemont, présidente de la Fondation Médéric Alzheimer

 

 

Téléchargez le n° 12 de mars 2019 de Mieux vivre ensemble avec la maladie d’Alzheimer.

Retrouvez toutes les archives de Mieux vivre ensemble avec la maladie d’Alzheimer.

 

Retour haut de page