Un aidant familial témoigne et propose.
R. Pallu de la Barrière, dont la femme a été diagnostiquée en 1996 et a été placée en institution cinq ans plus tard, a apporté son témoignage au forum Geronto-Expo. Il raconte son long calvaire : administrer un médicament toutes les quatre heures, faire face à une demande perpétuelle et répétitive d’assistance médicale, ne plus pouvoir partir en vacances, affronter les risques liés à la désorientation permanente du malade. C’est la fille aînée qui prend la décision de placer sa mère en institution à proximité de son domicile. « Ce sont, dit-il, les troubles de la représentation qui posent le plus de problèmes aux aidants. » Et d’insister sur « les dégâts considérables causés chez l’aidant par la tâche ininterrompue qu’il a assumée ». Il propose donc « la prise en charge simultanée du patient et de l’aidant principal » et « une prise en charge pluri-disciplinaire du couple patient-aidant ».
www.aidants.org, 25 juillet 2005
Maintenir l’autonomie des retraités les plus fragiles : telle est l’une des cinq actions prioritaires que la CNAV se donne comme objectifs pour la période 2005-2008. Il s’agit notamment aussi d’organiser des plans d’action personnalisés pour le maintien à domicile et de concevoir des lieux de vie collectifs adaptés aux retraités fragilisés. Les GIR 5 et 6 sont désormais intégrés dans les orientations nouvelles.
www.agevillagepro.com, 11 juillet 2005
Public/associatif pour la création de places: coopérer.
La Fédération hospitalière de France (FHF) a organisé, le 1er juillet, une journée d’étude sur les coopérations des secteurs publics et associatifs dans le domaine du handicap. Philippe Bas, ministre délégué aux personnes âgées et handicapées, participait à cette journée. Le même jour, le Syndicat national des établissements privés commerciaux (Synerpa) réaffirmait son attachement à la distinction entre un ONDAM (objectif national des dépenses d’assurance maladie) « personnes âgées » et un ONDAM « personnes handicapées », par crainte de « la confusion organisée dans la traçabilité des crédits ».
www.agevillagepro.com, 5 juillet 2005
Une enseigne pour les services à la personne.
La Mutualité française lancera,début 2006, une enseigne sur les services à la personne, en liaison avec l’Union nationale des associations de soins et de services à domicile (Unassad) et l’Union nationale des centres communaux d’action sociale (Unccas). Ce document sera élaboré « sur la base de critères de qualité admis par les professionnels du secteur ». Son premier rôle consistera en « une mission d’intermédiaire ». « Elle mettra en relation le particulier qui exprime une demande et la structure locale qui fournit la prestation ».
afim, 4 juillet 2005
Médicaments à domicile. 
Pour faciliter le maintien des malades à domicile, la Mutualité sociale agricole et les syndicats de pharmaciens ont signé un accord permettant de dispenser les médicaments à domicile. Dix départements sont pilotes : Ariège, Charente, Creuse, Corrèze, Corse du Sud, Corse du Nord, Loire-Atlantique, Côte d’Or, Saône-et-Loire, Rhône.
www.agevillagepro.com, 4 juillet 2005
Dépendance : appel au public. 
Les résultats d’une enquête portant sur l’évolution de l’opinion des Français entre 2000 et 2004 en matière de santé et de protection sociale montrent qu’ils sont de plus en plus nombreux à souhaiter une prise en charge publique de la dépendance et qu’ils se disent prêts, en même temps, à épargner en prévision d’une situation de perte d’autonomie.
L’année gérontologique, n°156, juin-juillet 2005
Attention à l’isolement !
L’Association France Alzheimer a réagi à une information parue dans la presse selon laquelle un retraité avait tué son épouse, atteinte de la maladie d’Alzheimer, puis s’était donné la mort. Elle met en garde contre l’isolement des familles de malades qui n’osent pas demander de l’aide. Elle rappelle qu’il est fondamental, pour les familles de s’informer, de se former et d’être soutenues.
www.agevillage.com, 4 juillet 2005 ; www.senioractu.com, 1er juillet 2005
Dix places d’accueil de jour réservées aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.
Grâce à l’appui de la Fondation Claude Pompidou, la résidence Pierre Bonnef de Belfort a inauguré ce nouveau dispositif.
La Lettre de la Fondation Claude Pompidou, Juin 2005
Appel au don de cerveaux. 
L’association France Alzheimer lance un appel au don d’organes, notamment le cerveau, pour alimenter sa banque de tissus. Sa banque tissulaire, lancée en décembre 2004, a déjà collecté cent vingt cerveaux malades ou sains prélevés post mortem. Elle doit permettre de mieux identifier et comprendre les mécanismes de la maladie. 
Les Echos, 30 juin 2005 ; www.agevillage.com, 26 juin 2005 ; news.doctissimo.fr, 24 juin 2005
France Alzheimer : une nouvelle présidente.
L’association France Alzheimer a élu, lors de son assemblée générale du 1er juin, une nouvelle présidente, Madame Arlette Meyrieux. Elle remplace M. Jean Doudrich, qui était président depuis 2003.Mme Meyrieux, ancienne professeur de mathématiques, était déjà présidente de l’association Alzheimer Savoie depuis 1998
senioractu.com, 16 juin 2005
Bricoler, tricoter, jardiner, voyager, voilà des activités complètes qui intègrent l’anticipation et la planification. Cela, affirme Jean-François Dartigues, professeur de neurologie, Inserm Bordeaux, divise par deux les risques d’avoir la maladie d’Alzheimer.
La Lettre de la Fédération nationale des associations de retraités, juin 2005
Bracelet anti-fugue pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. 
Un bracelet-téléphone, le Columba, équipé d’un système GPS et d’un émetteur-récepteur GSM/GPRS, localisera la personne désorientée et alertera les secours dès qu’elle sortira d’une zone de sécurité, qu’elle ou son entourage aura préalablement défini. Dans le cas d’une fugue, un centre de secours médicalisé, ouvert en permanence, sera immédiatement prévenu. Le bracelet pourra également être utilisé comme téléphone, pour rentrer en communication avec le porteur. C’est la société canadienne Medical Intelligence qui, en collaboration avec France Telecom et la sociétéMedidep, a mis au point ce dispositif, en service dès cet été à la résidence Brune à Paris, et qui sera partout disponible en pharmacie à la fin de l’année 2005. « Columba pourrait permettre d’utiliser le personnel autrement que comme garde chiourme », commente Catherine Ollivet, présidente de France Alzheimer 93.
www.lepetijournal.com, 16 juin 2005 ; www.liberation.comwww.senioractu.com, 6 juin 2005 ; www.presence-pc.com,www.communique-de-presse.comwww.medicalintelligence.cawww.silicon.fr, 3 juin 2005
Tulipe pour le maintien à domicile.
A Colombes (Hauts de Seine), l’association Tulipe intervient auprès des familles de la commune, ainsi qu’à Bois-Colombes et à Asnières, pour fournir des services à domicile (toilette, repas, courses…) aux personnes âgées, notamment celles qui souffrent de la maladie d’Alzheimer. Trente-six personnes interviennent ainsi auprès de deux cents usagers. Il ne s’agit pas de contrats d’insertion, mais de véritables emplois professionnels, exigeant une compétence souvent reconnue par un diplôme.
www.senioractu.com, 2 juin 2005
France Alzheimer : appel à projets. 
L’association France Alzheimer lance son appel à projets dans le cadre de l’attribution de ses bourses de recherche 2005, qui seront attribuées en septembre 2005. En 2004, elle avait attribué des bourses à vingt-deux chercheurs, pour un montant global de 369 000 €.
www.senioractu.com, 1er juin 2005
Alois, dédié à la maladie d’Alzheimer.
Un nouveau site internet, alois.fr, propose des informations, des conseils et des échanges à toutes les personnes concernées par la maladie, médecins, personnels soignants, patients et aidants. Il réunit plusieurs espaces. Le premier permet aux médecins généralistes de s’informer sur l’actualité de la maladie. Le second est celui du réseau EHPAD. Les spécialistes iront consulter les dossiers thématiques ou la page sur l’accompagnement de l’aidant. Un dernier espace sera réservé au grand public, avec un accès rapide aux rubriques classées par thèmes.
Soins Gérontologie, n°54, juillet-août 2005 ; www.neuropsy.fr, 1er juin 2005
Des ateliers mémoire pour reprendre confiance, par Sophie Martineau
Un atelier mémoire, c’est avant tout un lieu de rencontre. Il comporte une partie théorique et une partie pratique, consacrée à des exercices d’application. L’atelier est destiné à toute personne qui souhaite faire travailler sa mémoire. Dans le cas de personnes atteintes de pathologie démentielles, les ateliers seront transformés en « animations mémoire », consistant exclusivement en exercices simples et adaptés. Mais les ateliers peuvent être aussi l’occasion de repérer des personnes en difficultés.
Soins Gérontologie, n°53, mai-juin 2005

Retour haut de page