Porteur du projet
Elsa Leone pour sa thèse de doctorat en psychologie sous la direction de Philippe Robert et de Sylvane Faure soutenue en 2012 à l’Université de Nice Sophia-Antipolis
Prix de thèse 2013
Problématique principale

Afin d’offrir une prise en charge adaptée et d’améliorer le soin et la qualité de vie des résidents atteints de troubles cognitifs, il est important de privilégier les approches non médicamenteuses dans le traitement des troubles du comportement pour réduire le recours au psychotropes. 

Réponse développée par l'équipe

Trois études distinct ont été menées.

 

Pour en savoir plus :

Bénéfice / Impact

Une première étude a montré un bénéfice de la formation des études soignantes à la prise en charge non médicamenteuse des troubles du comportement « positifs », avec une réduction significative de l’agitation et de l’agressivité. 
Une deuxième recherche a mis en évidence un bénéfice de la formation des équipes soignantes dans la prise en charge de l’apathie, avec notamment une réduction significative de l’émoussement affectif et de la perte d’initiative. 
Un troisième travail a confirmé la nécessité de personnaliser la prise en charge des résidents en fonction de des intérêts des résidents pour augmenter leur engagement dans les activités et assurer une attitude positive.
Les outils développés au cours de ce travail de thèse ont fait l’objet d’une diffusion auprès des professionnels. 

Retour haut de page