Porteur du projet
Fanny Cérèse pour sa thèse de doctorat d’architecture sous la direction du Professeur Marie-Christine Gély-Nargeot et du Professeur Miguel Usandizaga soutenue en 2015 à l’Université Paul-Valery Montpellier III
Bourse doctorale 2013
Problématique principale

Dans un contexte mondial de vieillissement de la population, de nombreuses recherches sont menées pour améliorer la qualité de vie des personnes âgées résidant en institution, mais peu de travaux développent une approche architecturale. Cette recherche doctorale a pour but de proposer de nouvelles manières d'aménager ces lieux de vie basés sur la domesticité, afin de permettre aux résidents de se sentir habitants, d’améliorer leur bien-être, leur autonomie et leurs interactions sociales.

Réponse développée par l'équipe

Une méthodologie fondée sur la preuve a été utilisée avec la mise en place d’une expérimentation consistant à réaménager de manière domestique le hall d'entrée de plusieurs EHPAD, puis à comparer avant et après les établissements réaménagés et non réaménagés. L'étude a été multidimensionnelle dans ses outils de recherche (échelles de qualité de vie, cartographie comportementale, entretiens qualitatifs).


Pour en savoir plus: 

Bénéfice / Impact

Ce travail s'inscrit dans le contexte d'un développement récent du doctorat en architecture en France et contribue de fait à la réflexion épistémologique qui l'accompagne. Il permet également de mettre en avant l'importance du cadre bâti dans la qualité de vie des personnes atteintes de troubles cognitifs.

Retour haut de page