Porteur du projet
Daniel George, de l’Intergenerational School (Ohio, Etats-Unis), doctorant en anthropologie médicale à l’Université d’Oxford (Royaume-Uni)
Prix de l’intervention psychosociale la plus prometteuse en partenariat avec Alzheimers Disease International, 2009
Problématique principale

Proposer aux personnes ayant des troubles cognitifs de s’engager bénévolement dans des activités auprès des jeunes générations semble avoir un effet positif sur leur qualité de vie. Cependant, aucune étude contrôlée n’avait permis de vérifier l’hypothèse que le bénévolat intergénérationnel peut améliorer la qualité de vie des personnes malades.

Réponse développée par l'équipe

Quinze résidents ayant un diagnostic clinique de démence ont été répartis aléatoirement en deux groupes : un groupe d’intervention de 8 personnes qui se sont portées volontaires à l’école intergénérationnelle, une fois par semaine pendant 5 mois, et un groupe de 7 personnes qui ont participé à un séminaire pendant la même période. L’intervention a consisté en la participation à une variété d’activités : lecture et écriture avec des enfants de maternelle (5-6 ans) et des élèves du primaire (10-14 ans), interviews sur l’histoire de vie des personnes, soutien à des projets artistiques, groupe de discussion. Les données recueillies étaient issues d’outils psychométriques, d’observation ethnographiques et de recueil de paroles afin de comprendre en quoi la qualité de vie est affectée par le bénévolat intergénérationnel. L’analyse des résultats a utilisé une méthode regroupant des analyses statistiques, des données quantitatives et une méthode d’analyse de contenu des données qualitatives.

 

Pour en savoir plus :

Bénéfice / Impact

Cette étude suggère que le bénévolat intergénérationnel peut promouvoir la qualité de vie pour les personnes ayant une démence légère à modérée, par l’intermédiaire de variables biopsychosociales. En plus de démontrer les avantages possibles pour la santé découlant de l’interaction avec des enfants en milieu scolaire, l’étude confirme également que les personnes âgées ayant des troubles cognitifs peuvent encore contribuer de manière importante à leur communauté.

Retour haut de page