© Nicolas Hansen

« Ici, c’est différent : on parle. C’est rare d’avoir un endroit où l’on parle, où l’on écoute les autres qui racontent, qui parlent de leur vie. Mais de leur vie profonde, enfin de ce qu’on ressent… Et ça, moi je trouve que c’est très riche. »

Extrait du film La Parole contre l’oubli

« S’il vous plaît, ne faites rien pour nous sans nous ! »

Trop souvent, la parole des personnes malades est dévaluée ou disqualifiée. Sous prétexte que ces personnes ont des troubles cognitifs, il arrive qu’elles ne soient pas consultées pour des décisions qui les touchent directement…

Or, pour une société véritablement inclusive à laquelle nous aspirons tous, il est primordial que les personnes malades – les premières concernées et les premières expertes de ce qu’elles vivent – puissent s’exprimer librement.

C’est pourquoi la Fondation Médéric Alzheimer a conçu, en collaboration avec le psychologue clinicien Jean-Luc Noël, une méthode inédite : les groupes d’expression de personnes malades.

À mi-chemin entre les groupes de parole et les groupes de travail, ces groupes d’expression ont un double objectif :

  • aider les personnes en situation de handicap cognitif à retrouver du « plaisir à penser » ;
  • leur donner l’opportunité de s’exprimer non seulement sur leur vécu et leurs besoins, mais aussi sur leurs souhaits et leurs attentes.

La Fondation a d’abord testé la méthode dans un groupe pilote puis l’a ensuite expérimentée à plus large échelle dans huit accueils de jour.

Avec le guide Repères Alzheimer 2, la Fondation souhaite aujourd’hui partager la méthode sur laquelle reposent les groupes d’expression et ainsi en faire bénéficier le plus grand nombre de structures d’accueil et d’hébergement.

Ensemble, faisons-en sorte que la voix et l’expertise des personnes malades soient davantage reconnues !

Aller plus loin…

Retour haut de page