Aides-soignantes et aides à domicile : tension sur le recrutement

Selon la dernière enquête de besoin de main d'oeuvre de Pôle Emploi, la santé et l'action sociale, ainsi que les services aux particuliers, rassemblent respectivement 11% et 10% des projets de recrutement envisagés en 2010 et constituent des pôles de recrutement dynamiques. Les aides à domicile et les aides-soignantes font partie des quinze métiers les plus recherchés en France, et pour lesquels les difficultés d'embauche sont fortes.

www.pole-emploi.org, avril 2010.

Médecins coordonnateurs : quelle autorité ? (1)

Robert Moulias publie un article sur le diagnostic de la démence, destiné aux directeurs d'établissements ou de services.

Gérontologie sans frontières. La gériatrie pour les directeurs. Syndromes démentiels. Le préalable du diagnostic. 15 avril 2010.

Aide à domicile : la fin d'un système ?

Agnès Maillard, responsable du service des soins du centre hospitalier de Château-du-Loir (Sarthe), s'interroge sur la pérennité de l'accompagnement des personnes âgées : « le secteur de l'aide à domicile doit se rendre à l'évidence : son système actuel se meurt », sans pour autant être remplacé. Selon elle, les tarifications des structures ne sont pas corrélées aux besoins des personnes ni aux types de prestations, spécifiques et diverses. Elle constate un décalage, voire une opposition, entre une politique nationale de développement de services et la capacité ou la volonté des Conseils généraux de les financer. L'association qu'elle préside avait ouvert Quali'Hibou, un service de garde itinérante de nuit qui n'est plus éligible au plan d'aide financé par l'allocation personnalisée d'autonomie (APA), ce qui implique sa fermeture à moyen terme. Et quid de l'éthique ? s'interroge Agnès Maillard, pour qui les difficultés de financement placent les responsables des structures du domicile dans des conditions humainement insoutenables, la diminution des plans d'aide s'ajoutant à l'augmentation de la dépendance lourde à domicile (groupes iso-ressources 1 et 2). « Les familles, du fait du plafonnement des plans d'aide, recherchent les services qui leur permettent d'avoir accès à un maximum d'heures, et se trouvent dans l'obligation de se tourner vers l'emploi direct. Ce phénomène est même constaté pour les personnes dépendantes et les plus isolées qui nécessiteraient pourtant un service prestataire avec une garantie de continuité de service. De fait, pointe le risque important d'une sélection des personnes aidées », en abandonnant les prises en charge onéreuses, celles des personnes les plus dépendantes, isolées, géographiquement éloignées, ou d'accorder la priorité aux seules personnes solvables. « Où positionner le curseur entre la qualité des prestations et l'équité de traitement, l'implication de la solidarité nationale envers les personnes âgées et la réponse à un besoin sur l'ensemble du territoire ? », s'interroge Agnès Maillard.

Soins gérontologie. Maillard, A. Le secteur du domicile à l'épreuve du deuil. Mars-avril 2010.

La démence expliquée aux directeurs

Robert Moulias publie un article sur le diagnostic de la démence, destiné aux directeurs d'établissements ou de services.

Gérontologie sans frontières. La gériatrie pour les directeurs. Syndromes démentiels. Le préalable du diagnostic. 15 avril 2010.

Discrimination à l'emploi chez des particuliers

Recruter du personnel nécessite de définir des critères de sélection. Selon Micheline Mauduit, de Brigitte Croff Conseil et associés, cette définition peut varier selon les besoins du client et/ou de la structure recrutante. Les principaux critères faisant obstacle à l'emploi chez des particuliers portent sur l'origine, la couleur de la peau, l'apparence physique, le sexe et l'âge. Face à une demande discriminatoire de la part d'un client, la structure doit renvoyer sur les compétences professionnelles de l'intervenant, rappeler la législation (la discrimination est un délit et n'est pas sans conséquence), faire exprimer par le client ce qui lui pose problème pour l'amener à déconstruire ses préjugés. Il importe, pour se prémunir de telles dérives d'avoir rédigé un profil de poste puis une fiche de poste, de faire connaître aux candidats les critères de sélection, de se doter d'une grille d'examen des candidatures et de présenter aux postulants un règlement fixant les conditions d'exercice. La discrimination existe aussi dans l'autre sens, par exemple lorsque des professionnels ne veulent pas intervenir chez des hommes, chez des personnes de telle ou telle confession...

Le Journal du Domicile des services à la personne. Avril 2010.

Retour haut de page