Le médecin gériatre

Selon Tristan Cudennec, gériatre à l'hôpital Ambroise Paré de Boulogne-Billancourt, il y a souvent confusion entre les termes de gérontologie et de gériatrie. La gérontologie couvre l'ensemble des problèmes biologiques, psychiques, sociaux et économiques des personnes âgées. La gériatrie fait référence spécifiquement à la pratique médicale visant les personnes âgées. Prévenir et maîtriser au mieux l'évolution de l'état de santé des personnes âgées est le rôle du médecin gériatre. Il doit mettre en oeuvre les traitements qui permettront à la personne âgée de vivre dans les meilleures conditions possibles, à son domicile ou en établissement. L'acquisition de la compétence en gériatrie est actuellement obtenue soit par la validation de la capacité de gérontologie, soit par la validation du diplôme d'études spécialisées de gériatrie.

Soins Gérontologie, mai-juin 2009.

La trousse Bientraitance et Mobiqual de la SFGG

La DGS (Direction générale de la santé) et la SFGG (Société française de gériatrie et gérontologie) ont mis au point le programme MOBIQUAL (mobilisation pour la qualité des soins), doté d'outils de réflexion et d'actions : douleur, soins paliatifs, dépression et la trousse Bientraitance, destinée à éviter la maltraitance institutionnelle. Distribuée depuis 2007, la trousse contient des éléments de réflexion pour faire converger les convictions. Cette boite à outils sera présentée par des formateurs régionaux et diffusée par chaque comité de pilotage local regroupant les réseaux d'acteurs (fédérations, associations, syndicat...).Elle comprend une plaquette de présentation et un DVD présentant vingt-quatre heures de la vie en établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes(EHPAD). Le programme Mobiqual propose dix recommandations phare : repérer et respecter autant que possible le choix des résidants : horaires (lever, toilette, petit-déjeuner, changes, activités personnelles, coucher, visites), voisins de table, habits, animations, etc. ; maintenir un environnement olfactif agréable ; favoriser un environnement sonore signifiant (nature et volume des bruits réfléchis, bruits naturels, éviter les bruits désagréables inutiles) ; faire sortir les résidants en extérieur au moins une demi-heure par semaine ; respecter autant que possible la liberté de circuler de chacun ; limiter à douze heures maximum le délai entre le repas du soir et le petit-déjeuner ; en cas d'appel, annoncer un délai et le respecter ; définir un temps minimal pour la toilette ; évaluer régulièrement le degré de satisfaction des familles et des résidants ; désigner un professionnel référent pour chaque résidant, chargé du recueil des plaintes, de leur transmission et de leur suivi. Gratuite, cette démarche demande un engagement formel des équipes :le responsable de l'établissement (directeur, médecin coordonnateur, infirmière coordonnatrice) doit signer une charte d'engagement, et renvoyer le questionnaire annuel de suivi du programme. Sept mille trousses ont été diffusées depuis 2007. Ce programme est financé par le Ministère de la santé dans le cadre du plan douleur 2006-2010.

Aides-soignantes : vers une pénurie ?

Le groupe Orpéa, qui doit recruter sept cent cinquante personnes cette année pour faire face à son développement (de douze mille lits en 2005 à vingt-cinq mille en 2009), doit faire face ponctuellement et dans certaines villes à des tensions sur les postes d'aides-soignantes, en raison du développement des services à domicile. Pour cette raison, le groupe dispose de son propre institut de formation d'aides-soignantes, qui compte actuellement une vingtaine d'élèves en formation initiale, et quinze apprentis.

www.lexpress.fr, 4 juin 2009.

Où sont les ergothérapeutes ?

Il existe six mille cinq cents ergothérapeutes en France : 56% exercent dans les établissements publics, 13% dans les établissements pour personnes âgées ou handicapées et 4% en cabinet libéral. Leur effectif a augmenté de plus de 40% en sept ans. 55% exercent dans des villes de plus de cent mille habitants, et 10% dans des agglomérations de moins de cinq mille habitants. La densité d'ergothérapeutes est de 11/100 000 habitants, ce qui place la France au quinzième rang européen. Il existe huit instituts de formation, qui forment quatre cents ergothérapeutes par an. La première école française est apparue en 1954, mais l'ergothérapie ne s'est fortement développée que dans les années 1980. Les pays qui ont fortement développé l'ergothérapie sont soit des pays ayant des victimes de guerre, soit des systèmes de santé où l'on intervient plus en amont, en santé communautaire et à domicile, selon Gabriel Gable, président du Syndicat des instituts de formation en ergothérapie français (SIFEF).

Décideurs en Gérontologie, avril-mai 2009.

Le métier d'animateur

Pour Alain Langlacé, l'animateur dans le secteur social et médico-social est porteur d'une culture issue de l'éducation populaire qui fonde la spécificité de son mode d'intervention. ASH Etudiants publie la deuxième édition de son guide métier.

Retour haut de page