Conférence internationale à Cleveland

Les 6 et 7 novembre 2006 plusieurs psychiatres, neurologues, gérontologues, psychologues, infirmières et travailleurs sociaux d’Australie, du Canada, de Chine, du Royaume-Uni, du Japon, du Mexique et des Etats-Unis, tous spécialisés dans la maladie d’Alzheimer, se réuniront à Cleveland (Etat de l’Ohio) au cours d’une conférence intitulée «Reflecting on 100 years of Alzheimer’s : The Global Impact on Quality of Lives ». Cette conférence sera l’occasion de célébrer le centenaire de la découverte de la maladie par Alois Alzheimer. Les professionnels discuteront des diagnostics, des soins et de la prise en charge des patients (liste des thèmes abordés : traitements, technologie, design de l’environnement des patients, politique, éthique, soins et qualité de la vie). La conférence, qui réunira plus de trois-cents-cinquante personnes se tiendra sous la gouverne d’Alzheimer’s Disease International au Crowne Plaza dans le centre de Cleveland. Pour plus d’informations sur cette conférence, voir le site http://fpb.case.edu/CFA/conf2006.shtm

Medical News Today, www.medicalnewstoday.com, 31 octobre 2006

Le grand silence

Rien ne transparaît vraiment de ce qui se passe dans les résidences de long séjour où sont accueillies, notamment, des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de démence. Rien ne transparaît sur le traitement réservé à des patients qui souffrent, enfermés dans leur bulle de verre. Dans ce long article qui part d’un constat personnel sur une résidence d’un quartier de Berlin (Reinickendorf), l’auteur explique que certes, le service médical des caisses d’assurance-maladie est chargé de tester la qualité des résidences. Mais leurs rapports restent confidentiels. Des témoignages d’anciens soignants permettent d’entrevoir certaines réalités. A Reinickendorf, une ex-soignante a expliqué que, faute de personnel, les patients restent jusqu’à midi sans toilette, dans leurs excréments. Selon une inspectrice de ces établissements, qui ne peut parler qu’en termes généraux, 10 à 14% des institutions seraient en défaut, voire pratiqueraient de mauvais traitements sur les pensionnaires, entraînant des lésions corporelles. Une étude à l’échelle fédérale montre que 41% des problèmes sont liés à un défaut d’alimentation ou d’hydratation, et 43% à des soins insuffisants de blessures (escarres). S’occuper d’un patient atteint de la maladie d’Alzheimer est une tâche délicate, mais elle est pourtant, en Allemagne, confiée à des personnels non qualifiés. Ajoutée à la restriction des effectifs et à la pression exercée sur ces employés, cette situation ouvre la voie à des abus ou à la négligence. Toutefois, ajoutent des experts, les drames des mauvais traitements surviennent aussi à domicile, chez les patients gardés par un proche. Ces derniers « craquent » alors qu’ils doivent jour et nuit s’occuper de leur parent.

Frankfurter Allgemeine Zeitung, www.faz.net, 30 octobre 2006 

Mise au point d’un dispositif pour localiser

Une entreprise de Séville a lancé une première mondiale : un bracelet connecté à un récepteur mobile, permettant de localiser des patients atteints de la maladie d’Alzheimer en errance ou des enfants perdus. Le projet a nécessité deux ans et demi de recherches. D’autres dispositifs existent, mais qui sont tous dépendants d’un système de téléassistance ou autre type de médiation. Or ce nouveau produit relie directement le récepteur mobile –muni d’un écran qui permet de voir l’endroit où se trouve la personne équipée– au bracelet. Deux systèmes de localisation, le GPS et le GSM, équipent le bracelet. Pour l’instant, l’Espagne et le Portugal sont les principaux marchés visés, avant de lancer le produit dans d’autres pays. L’Espagne notamment compte quelque six cent mille personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, un nombre qui devrait atteindre un million deux cent mille personnes d’ici 2025. 

El Día de Córdoba, www.eldiadecordoba.com, 30 octobre 2006

Retour haut de page