Nutrition artificielle et hydratation : une tâche éthiquement sensible

Le centre d’éthique biomédicale et de droit de l’Université catholique de Louvain (Belgique) a interviewé vingt-et-une infirmières de neuf hôpitaux de Flandre pour mieux savoir comment elles vivent leur implication dans la prise en charge de personnes atteintes de démence, et en particulier en ce qui concerne la nutrition artificielle ou l’hydratation. Il s’agit d’une tâche difficile et éthiquement sensible. « Etre touchée par la vulnérabilité de la personne malade implique d’’être forte, ce qui démontre que les infirmières désirent délivrer de bons soins. Mais ce sentiment d’être touchée peut aussi impliquer une faiblesse, en rendant les infirmières vulnérables à la détresse morale inhérente aux influences du contexte. Pour les auteurs, les infirmières doivent être soutenues lorsqu’elles sont affectées à ces tâches éthiquement sensibles. 

Bryon E et al. « Because we see them naked »-Nurses experiences in caring for hopitalized patients with dementia: considering artificial nutrition or hydration (ANH). Bioethics, 14 février 2011. www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21320145.

Infirmières hospitalières référentes

Alzheimer Ecosse recevra une subvention de 300 000 livres (356 000 euros) pour aider à mettre en place une infirmière formée à la démence dans chaque hôpital de court séjour (acute care).

Family Caregiver Alliance, 11 février 2011. www.bbc.co.uk, 27 janvier 2011.

Retour haut de page