Formation des médecins de famille

Quel est le rôle clinique et universitaire des médecins des personnes âgées dans la formation en médecine familiale ? Christophe Frank, médecin de famille en médecine gériatrique à l'hôpital Saint Mary of the Lake et Rachelle Seguin, du centre de recherche en médecine familiale de l'Université Queen's à Kingston (Ontario, Canada), ont mené une enquête auprès de cinquante-deux médecins ayant suivi une formation de six ou douze mois en soins gériatriques. 50.5% des médecins ont répondu. Les répondants étaient relativement jeunes (quarante-deux ans en moyenne). 55% avaient suivi une formation de six mois et 45% une formation de douze mois. Plus de la moitié (55.8%) disaient pratiquer une médecine familiale générale. 25% avaient des pratiques « restreintes » et 17% donnaient des « soins spécialisés ». Plusieurs donnaient des soins dans des unités spécialisées en gériatrie, le plus souvent sous forme de consultation ou de réadaptation à l'hôpital, ou travaillaient comme médecins ou directeurs médicaux dans des unités de soins de longue durée. Plus de la moitié donnait des soins hospitaliers.

Can Fam Physician. Frank C et Seguin R. Care of the elderly training. Mai 2009.

Doctorat infirmier : vingt ans de recul

Gary Rolfe et Ruth Davies, de l'école des sciences de la santé de l'Université de Swansea (Royaume-Uni), font le point sur deux décennies de recherche doctorale infirmière et la production de connaissances académiques qui ont le potentiel de transformer la pratique professionnelle.

Int J Nursing Studies. Rolfe G et Davies R. Second generation professional doctorates in nursing. 19 mai 2009.

Compétence éthique en travail social

Comment améliorer la compétence éthique des étudiants en travail social ? Le service de sciences sociales appliqués de l'Université polytechnique de Hong-Kong a organisé trois séminaires inter-disciplinaire réunissant des étudiants de dernière année en travail social et des élèves infirmières, afin de les amener à réfléchir ensemble sur les choix éthiques. Si les deux groupes d'étudiants respectent les droits de la personne dans la prise de décision et les choix, ils accordent des priorités différentes aux principes éthiques lorsque la décision implique une intervention professionnelle. Les étudiants en travail social continuent à considérer l'auto-détermination comme principe de base, alors que les élèves infirmiers font glisser ce principe d'autonomie vers un devoir de soins (duty to care). Les auteurs conçoivent les différences d'application pratique des valeurs professionnelles comme le résultat de normes personnelles, culturelles, professionnelles et organisationnelles. Ils recommandent d'étayer la prise de dé&cision éthique en travail social sur une plus grande réflexion fondée sur une pluralité de perspectives.

Br J Social Work. Yeung KSS et al. Social work ethical decision-making in an inter-disciplinary context. 16 juin 2009.

Retour haut de page