Pour une formation spécifique des professionnels

Pour Joël Jaouen, président de France Alzheimer et maladies apparentées, une formation spécifique des professionnels est « fondamentale, sinon le salarié et le couple aidant-aidé se retrouveront totalement démunis lors des interventions à domicile. En tant qu’organisme de formation et pour mieux accompagner les professionnels qui nous font confiance, nous avons choisi de nous soumettre à une procédure de certification. Il y a aujourd’hui une démarche qui vise à développer la formation professionnelle continue autour de la thématique Alzheimer. Car aujourd’hui, les formations proposées, diplôme d’État d’auxiliaire de vie sociale (DE AVS) ou titre professionnel d’assistant de vie aux familles (TP ADVF), sont bien trop généralistes. Il faut sensibiliser les employeurs à ces formations courtes, telles que la communication autour de l’aidant et de de l’aidé, l’accompagnement de la personne malade, le respect de la personne, qui sont vraiment essentielles pour mieux appréhender une pathologie spécifique comme la maladie d’Alzheimer et les troubles apparentées. Lors de ces formations, le professionnel va apprendre des techniques. Communiquer avec une personne malade, cela s’apprend. Sans formation, l’intervenant à domicile ne peut adopter ces approches ou techniques en un claquement de doigts. »

Doc’domicile, août-octobre 2016.

Médecin coordonnateur : quelle responsabilité juridique ?

« La fonction de médecin coordonnateur en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) est définie de manière précise par la loi. Cet encadrement fixe un cadre juridique très détaillé et pourtant la multiplicité des contrats proposés aux médecins coordonnateurs selon les types d’établissements, les profils des médecins exerçant ou non une activité de soins et le respect du temps de coordination, posent des questions juridiques qu’il convient de connaitre au moment de signer un nouveau contrat », expliquent le gériatre Gaël Durel, coprésident de l’Association nationale des médecins coordonnateurs et du secteur médico-social (MCoor), et ses confrères. « Les exigences de chacune des missions et les recommandations de bonnes pratiques peuvent également susciter des questions concernant sa responsabilité lors de diverses situations (admission, liberté d’aller et venir, maltraitance, gestion des urgences...). Les premiers cas de jurisprudence montrent que les problèmes juridiques auxquels peuvent être confrontés les médecins coordonnateurs nécessitent une bonne connaissance et une attention particulière des conditions d’exercice en EHPAD. » Etienne Bataille et Éléonore Degroote, avocats à la Cour à Paris, ajoutent : « avec l’évolution des missions du médecin coordonnateur est apparu un changement dans la mise en œuvre de sa responsabilité. Si en 1999, les missions floues pouvaient entraîner des mises en cause importantes mais aléatoires, la précision intervenue au cours des années sur le contenu de la fonction n’exclut pas des contentieux modernes et nouveaux sur la mise en œuvre des nouvelles libertés en EHPAD organisées par le médecin coordonnateur, manager des équipes et des projets. »

Durel G et al. Responsabilité du médecin coordonnateur et problèmes juridiques. Rev Geriatr 2016 ; 41(6) : 359-367. Juin 2016. www.revuedegeriatrie.fr. Bataille E et Degroote E. Responsabilité du médecin coordonnateur. Rev Geriatr 2016 ; 41(6) : 353-358. Juin 2016. www.revuedegeriatrie.fr. Les 13 missions du médecin coordonnateur. Rev Geriatr 2016 ; 41(6) : 368. Juin 2016. 

Moderniser l’aide à domicile

La Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) et la Croix-Rouge française poursuivent leur partenariat sur la professionnalisation et l'amélioration des conditions de travail des salariés de la filière "aide à domicile" du réseau Croix-Rouge. Les deux institutions viennent de signer leur quatrième convention. Elle sera mise en œuvre pour la période 2016-2018. Elle vise également à généraliser les services polyvalents d'aide et de soins à domicile.

Actualités sociales hebdomadaires, 24 août 2016.

Retour haut de page