Une étude souligne les difficultés des aidants.

Les personnes qui ont en charge un proche atteint de la maladie d’Alzheimer sont davantage angoissées et investissent beaucoup plus de temps et d’argent dans leur mission d’aidant que ceux qui viennent en aide aux personnes souffrant d’un handicap physique. Tels sont, en substance, les résultats d’une nouvelle étude menée par l’institut MetLife Mature Market intitulée MetLife Study of Alzheimer’s Disease : the Caregiving Experience, menée auprès de 400 aidants de proches souffrant de la maladie d’Alzheimer ou d’une démence sénile. Ces aidants fournissent en moyenne 47 heures de soins par semaine contre 33 heures par semaine pour ceux qui ont en charge des personnes atteintes d’un handicap physique. Les conjoints des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’une démence sénile ont davantage tendance à démissionner de leur travail (10,6%) que les conjoints des personnes handicapées physiques (4%). De plus, les aidants des personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer sont bien plus nombreux à déclarer une détérioration de leur état de santé. Enfin la prise en charge d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer ou d’une démence sénile coûte plus cher que la prise en charge d’une personne souffrant d’un handicap physique. La moyenne annuelle du coût des services pour les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer bénéficiant d’une assurance santé longue durée est de 77 447 dollars contre 59 088 dollars pour les services destinés aux personnes souffrant d’un handicap physique. 
« Prendre soin d’un membre de la famille atteint de la maladie d’Alzheimer implique une charge de travail énorme » explique Sandra Timmermann, directrice du MetLife Mature Market Institute. Sur les 4,5 millions d’Américains atteints de la maladie d’Alzheimer ou d’une démence sénile, plus des deux tiers vivent à domicile, assistés par leurs proches. Ce nombre triplera d’ici 2050 pour atteindre 13,2 millions de personnes. Aussi, selon Sandra Timmermann, le besoin de développer des assurances longs séjours et des services communautaires pour assister les aidants dans leur tâche est urgent.

MSN Money, http://news.moneycentral.msn.com, 22 août 2006
Le rapport est publié dans son intégralité sur le site : www.metlife.com dans la rubrique « What’s New ».

Réduire l’errance des patients atteints de la maladie d’Alzheimer.

L’errance est un comportement fréquent chez ces malades, et source de beaucoup d’inquiétude pour les proches. L’article de Health Day reprend les conseils élaborés par l’association Alzheimer de Los Angeles pour réduire le risque d’errance et assurer la sécurité du malade. Il rappelle en particulier qu’il faut faire son possible pour que le malade ait une dépense physique afin de diminuer son stress. S’il en est encore capable, faites-le participer à des tâches ménagères ou à la préparation des repas.

Health Daywww.healthday.com, 18 juillet 2006

Retour haut de page