Partir en vacances (3)

Prendre quelques jours de vacances ou rester auprès d'un proche qui ne peut plus vivre seul ? Pour la MACIF, les Français sont aujourd'hui totalement démunis face à ce dilemme. L'assureur, qui estime que la perte d'autonomie n'est pas prise à sa juste valeur en France, réalise actuellement une enquête nationale en ligne pour comprendre les besoins souvent complexes de la situation singulière des aidants dans leur vie quotidienne. Il s'agit de la première étape d'un projet qui se déploiera en 2009 et 2010.

www.agevillage.com, 14 juillet 2009.

Directives de non hospitalisation

Les complications au stade sévère de la démence posent fréquemment la question de l'hospitalisation. Les directives de non-hospitalisation peuvent éviter des transferts inutiles, coûteux et souvent délétères pour la personne malade. Une enquête nationale américaine, portant sur quatre vingt dix mille personnes, a observé la pratique des directives de non-hospitalisation auprès de cette population spécifique vivant en institution. L'âge avancé, la dépendance totale, le fait d'être sous tutelle sont des facteurs liés à la mise en place de ces directives, qui concernent 7.1% des personnes au stade sévère.

La Lettre mensuelle de l'année gérontologique. Recherche et pratique clinique. Août-septembre 2009.J Am Geriatr Soc. Mitchell SL et al. Decisions to forgo hospitalization in advanced dementia : a nationwide study. Mars 2007.

Former les aidants

La Fondation Novartis, en partenariat avec France Alzheimer, l'hôpital Bretonneau de Paris et le Centre d'études gérontologiques ville-hôpital, met gratuitement à disposition des professionnels et des structures médico-sociales un programme de cinq modules de formation pour les aidants : connaître et comprendre la maladie ; agir à long terme face à la maladie ; communiquer avec la personne malade ; communiquer avec les soignants ; prendre soin de soi.

Alternatives à l'hébergement : une troisième voie possible ?

Selon Estelle Nouel, de Direction(s), différentes formes d'habitat collectif constituent « une timide troisième voie » entre maintien à domicile et accueil en établissement. Mais, prévient-elle, la nouvelle loi Hôpital, patients, santé, territoires « pourrait fragiliser le développement de ces structures alternatives » à taille humaine, qui naissent en milieu urbain ou rural, à l'initiative du secteur associatif ou mutualiste, de centres communaux d'action sociale ou de communes. Alain Villez, conseiller technique aux personnes âgées à l'Union nationale interfédérale des oeuvres et organismes privés sanitaires et sociaux (UNIOPSS), « cette loi modifie en profondeur les modalités d'instruction des demandes d'autorisation de création, d'extension et de transformation des institutions sociales et médico-sociales, dont les petites unités de vie. Avec la suppression des comités régionaux de l'organisation sociale et médico-sociale (CROSMS), remplacés par des procédures d'appels à projets, les promoteurs sociaux perdent la possibilité de déposer des projets correspondant à leur analyse des besoins. Ils n'auront plus comme seule possibilité que de les déposer en fonction des orientations et des territoires prioritaires définis par les conseils généraux et l'Agence régionale de santé (ARS). Dans ce contexte, il ne reste plus beaucoup de place pour les structures innovantes. Les autorités risquent, en effet, de manifester une certaine réticence à lancer des appels à projets sur cette thématique qui, par nature, se satisfait assez mal de la notion de cahier des charges ».

Direction(s), septembre 2009. www.agevillagepro.com, 7 septembre 2009.

Aidants : victimes collatérales

L'Association France-Alzheimer estime que les aidants familiaux, confrontés à des charges affectives, psychologiques, physiques et financières, sont les « deuxièmes victimes de la maladie d'Alzheimer ». La charge financière moyenne serait de dix mille euros par an pour une personne malade vivant à domicile, et de quinze mille euros pour une personne malade hébergée en établissement.

www.francealzheimer.org, 7 septembre 2009.

Retour haut de page