Aide aux aidants

Selon un sondage de la Fondation Alzheimer pour les proches aidants au Canada, les proches aidants vivent des changements physiologiques importants depuis qu’ils prennent soin d’une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer : fatigue (47%), troubles du sommeil (36%), maux de tête (23%), mal de dos (2 %), prise de poids (19%) et détérioration de problèmes de santé existants (15%). En 2005, on estimait que près d’un Canadien sur quatre avait un proche atteint de la maladie d’Alzheimer ou d’affections connexes. Avec le vieillissement de la population, cette proportion est appelée à augmenter. Francine Ducharme, chercheur à l’institut universitaire de gériatrie de Montréal (CRIUGM) et titulaire de la chaire Desjardins en soins infirmiers à la personne âgée et à la famille de l’Université de Montréal, il faut agir pour soutenir efficacement les aidants.
www.ledevoir.com , 10 février 2009.

Promouvoir la santé des aidants

En 2007, une équipe de chercheurs du Centre de recherche de l’Institut de gériatrie de Montréal (CRIUGM) a mis sur pied un projet de recherche privilégiant une approche proactive de la promotion de la santé et la prévention des problèmes de santé chez les aidants de personnes atteintes de démence de type Alzheimer. Un projet de recherche qui s’inscrit dans l’expertise développée par l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM) en pratiques cliniques, en lien avec la santé des personnes aînées et de leur famille. La première phase du projet de recherche est terminée et a permis de recenser les besoins des aidants à la suite de l’annonce du diagnostic de la maladie d’Alzheimer et de l’élaboration d’un programme d’intervention pour soutenir ces aidants dans ce premier stade de leur parcours «officiel» d’aidant. Ce programme est en cours d’évaluation.
www.ledevoir.com , 10 février 2009.

Site ressources

Toujours en 2007, l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM) lançait le site WebAidant.ca . Ce site, destiné au grand public et aux proches aidants de personnes âgées, comprend des contenus mis à jour régulièrement ainsi qu’un répertoire de ressources de soutien. Unique dans le réseau de la santé du Québec, ce site se veut une référence pour les personnes qui prennent soin d’un proche âgé en matière de formation, d’information et de soutien.
www.ledevoir.com , 10 février 2009.

Ne pas négliger ses amis

Sur www.agingcare.com , Carol Bradley Bursack conseille aux aidants de ne pas négliger leurs amis pour ne se consacrer qu’à leur seul rôle d’aidant : « lorsqu’on s’arrête de voir ses amis, les amis s’arrêtent de vous proposer de vous voir pour passer du bon temps. Les amis en ont assez qu’on décline leurs invitations. Et les aidants peuvent oublier que la vie pouvait être amusante, autrefois. Et ils sont trop occupés pour remarquer cette perte ».
www.agingcare.com , 29 janvier 2009.

Bénévolat : motivation et moyens intrinsèques

Un groupe de psychologues universitaires américains (Universités La Trobe, Dartmouth, College of St Catherine, University of Minnesota ) coordonné par Mark Snyder, professeur de psychologie à l’Université du Minnesota, développe une approche fonctionnelle du bénévolat (volunteerism) dans laquelle la satisfaction et l’intention de rester bénévole dépendent de l’adéquation entre les motivations du bénévole et les moyens intrinsèques(affordances) dont il dispose pour que ses motivations s’expriment (activités, rôle, organisation). L’adéquation entre les motivations et les moyens intrinsèques du bénévole est élevée lorsque les contextes organisationnels ont un faible niveau de structuration.
Nonprofit and Voluntary Sector Quarterly. Stukas AA et al. The matching of motivations to affordances in the volunteer environment. 1er février 2009.

Retour haut de page