Coûts indirects de la maladie : les conséquences financières pour les aidants

Une enquête de l’Association Alzheimer américaine montre que 28% des aidants de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer mangent moins ou déclarent avoir faim, et un sur cinq a réduit ses visites chez le médecin. Près d’un sur deux a réduit ses dépenses personnelles pour faire face aux dépenses occasionnées par la maladie. Plus d’un sur trois a réduit son temps de travail voire même quitté son emploi, ce qui a entraîné une perte moyenne de revenu de 15 000 dollars (13 200 euros) par an. L’Association Alzheimer estime à 18 milliards de dollars (15.8 milliards d’euros) la valeur de l’aide informelle (non rémunérée) apportée par les aidants familiaux à leur proche atteint de maladie d’Alzheimer.

La question des aidants : un enjeu politique pour l’élection présidentielle

« La question des aidants fera-t-elle partie des sujets abordés lors de 2017 », demande Sarah Roblet, du Journal du domicile. Florence Leduc, présidente de l’Association française des aidants (AFA), répond : « aujourd’hui, ce n’est pas l’AFA qui demande à être auditionnée, ce sont les formations politiques qui la sollicitent car elles ont repéré que cette question émerge et qu’elle a beaucoup de ramifications. Quand on parle des aidants, on parle de conciliation entre vie professionnelle et vie personnelle, droit des personnes malades à accéder aux soins auxquelles elles ont droit. Ce sont ces personnes qui nous préoccupent en premier lieu, et par voie de conséquence, les personnes qui se trouvent dans leur environnement. »

Le Journal du domicile, mars 2016.

Retour haut de page